dimanche 7 avril 2013

Musique et cinéma




La musique de film ne se contente pas d’accompagner le générique de début ou de fin du film, elle est présente tout au long de celui-ci, accompagnant les moments forts de l’action, renforçant la dimension de l’image, en soutenant les phases d’émotion qui s’en dégagent, sollicitant sans cesse la sensibilité du spectateur.


Les thrillers, les films d’horreur et d’épouvante:

S’il n’est pas toujours aisé de classer ces films, tant ces genres cinématographiques s’entremêlent, on peut toutefois distinguer trois catégories principales :
Le thriller  film dont le suspense (et la montée du stress) est le ciment de l’intrigue.
Le genre thriller est assez vaste. Il y a le thriller psychologique, le thriller policier, le thriller historique…
Le film d’épouvante  son point fort et le soin apporté à la qualité de l’ambiance. L’horreur doit être suggérée. Ces films sont souvent proches du genre fantastique.
Le film d’horreur  point fort : effets spéciaux (gore), action et stress d’anticipation. L’horreur doit être montrée. Il existe aussi des films d’horreur qui sont des comédies.
Destinés principalement à un public d’adolescents, ils ont fourni dans les années 70-80 des opus qui demeurent cultes et ont plutôt bien vieilli.
Les films d’horreurs actuels misent davantage sur le montage vidéo que sur la bande sonore. Celle-ci est essentiellement conçue par ordinateur et des chansons de hard rock et de métal sont utilisées.

On peut distinguer de genres de musiques, qui ont chacune leur fonction au sein du film :
La bande originale :
C’est la musique « principale » du film, le thème qui nous sert à identifier l’œuvre (le spectateur peut la retenir). C’est d’ailleurs celle qu’on utilise dans la bande annonce du film.
La bande son :
Elles se ressemblent souvent, ce sont les musiques ou les ambiances sonores qui servent à accompagner les scènes (impossible à retenir).

Beaucoup de films utilisent les mêmes ressorts narratifs et musicaux.
Par exemple, énormément de films utilisent une musique basée sur :
·         Un arpège en ostinato soit au piano, soit avec un instrument y ressemblant (synthétiseur, boîte à musique, carillon…)
Ex : Thèmes de l’exorciste, Halloween, Phantasm, Saw, Dead silence, The fog…
·         Une comptine enfantine 
Ex: Amityville, Poltergesit, Rosemary’s baby, Suspiria…



Extrait n°1: «La mort aux trousses» de Alfred Hitchcock, 1959 (musique de Bernard Herrmann)
Thriller. Scène d’ouverture (générique). Le décor est planté grâce à une musique orchestrale complexe, violente, riche de contrastes. Les percussions (timbales) renforcent le côté inquiétant du thème.
Extrait n°2: «Psychose» de Alfred Hitchcock, 1960 (musique de Bernard Hermann)
Épouvante. Musique typique de ce genre cinématographique: des basses puissantes, une rythmique implacable et répétitive et un thème aigu (violons), strident et dissonant. Le thème ne se résout pas et suggère au spectateur que quelque chose d’inquiétant peut se produire à chaque instant.
Extrait n°3: «Se7en» de David Fincher, 1995 (musique d’ouverture du groupe Nine inch nails)
La bande originale du film a été composée par Howard Shore
Thriller.
                   Extrait n°4: «Le silence des agneaux» de Jonathan Demme, 1991 (Howard Shore)
Thriller.
Extrait n°5: «Shining» de Stanley Kubrick, 1980 (musique de W.Carlos et R.Elkin)
Épouvante.
Extrait n°6: «Lexorciste» de William Friedkin, 1973 (musique de Mike Oldfield)
Épouvante.
Extrait n°7: «Amityville» de Stuart Rosenberg, 1979 (musique de Lalo Schifrin)
Épouvante.
Extrait n°8: «Les dents de la mer» de Steven Spielberg, 1975 (musique de John Williams)
Horreur.
Extrait n°9: «Halloween» de John Carpenter, 1978 (musique de John Carpenter)
Horreur.
Extrait n°10: «Saw» de James Wan, 2004 (musique de Charlie Clouser)
Horreur.
Extrait n°11: «Ju-On, the Grudge» de Takashi Shimizu, 2000 (musique de ?)
Épouvante.

Montage du thème d’Harry Potter avec de grosses basses synthétiques.
Avec des voix d’élèves (filles) et monter le tout sur des images lambdas.



Les comédies musicales: 
Les comédies musicales sont généralement la transposition à l’écran de spectacles préexistants au théâtre (notamment dans le quartier de Broadway à New York).

Extrait n°1: «Chantons sous la pluie» de S.Donen et G.Kelly, 1952 (musique de N. H. Brown)
Voici la comédie musicale la plus célèbre : Gene Kelly, danseur et chanteur interprète une scène culte qui servira de référence à des générations de cinéastes.

Extrait n°2: «West Side story» de R.Wise et J.Robbins, 1961 (musique de Leonard Bernstein)
*Chanson 1: «America»        *Chanson 2: «Maria»         *Chanson 3: «Tonight»
« West Side story » est une comédie musicale ambitieuse que les compositions (de Bernstein) hissent à un niveau artistique jamais égalé.

Extrait n°3: «Grease» de Randall Keiser, 1978 (musique de T.Jacobs et W.Casey)
*Chanson 1: «Summer nights»        *Chanson 2: «You’re the one that I want»
Cette comédie musicale est une parodie de plusieurs films cultes dont  « la fureur de vivre » d’E.Kazan.

Extrait n°4: «Moulin rouge !» de Baz Luhrman, 2001 (Chanson «Your song» d’Elton John)
Cette comédie musicale utilise des chansons préexistantes, mais traitées dans le style music hall.





Les effets sonores:



Extrait n°1: « Le bal des vampires » de Roman Polanski, 1967 (musique de Krzysztof Komeda)




*Le son off : c’est un son qui est rajouté à une scène au montage. Ce son n’est pas nécessairement justifié à l’écran. Dans cet extrait : la musique du film.
*Le son hors champs est, lui, justifié par la scène du film, mais on n’en voit pas la source à l’écran. Dans cet extrait : la voix du personnage qu’on entend, bien qu’il ait disparu derrière un mur.
*La profondeur de champs peut être évoquée par l’ajout de son plus ou moins lointain, ce qui accentue d’idée de proximité ou d’éloignement. Dans cet extrait : les hurlements d’un loup.

Extrait n°2: « les liaisons vachement dangereuses » des Inconnus, 1990

*Le flashback (retour dans le passé) fait partie des effets sonores de transition.
Afin de faire comprendre au spectateur que la scène suivante est une réminiscence du passé, où encore, un rêve, on utilise un élément sonore, souvent doublé à l’image d’un fondu-enchaîné (floutage). Dans cet extrait : un glissando à partir d’un chapelet de clochettes enchaîné avec une musique d’inspiration japonaise.

Extrait n°3: « Evil Ed» film suédois de  1997

*Le symbolise sonore. Certains sons ont une empreinte forte dans l’inconscient collectif.
Ainsi les comptines enfantines ou les boîtes à musiques sont souvent utilisées dans les films d’horreurs. La boîte à musique symbolise généralement la mort, comme dans cet extrait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire